Lydie Jean-Dit-Pannel

Lydie Jean-Dit-Pannel questionne l’image depuis plus de 20 ans au travers de projets au long cours. [1]
Le voyage et la découverte, le cycle de la vie et la filiation sont les moteurs de ses recherches.
La vidéo, la photographie, la performance, l’installation et le texte donnent des formes à son travail.

Depuis 2004, elle pousse plus loin la question de l’image par le biais du tatouage : une autre façon de faire de l’image en mouvement, en l’inscrivant dans le temps.
Lydie Jean-Dit-Pannel se fait tatouer lors de chacun de ses voyages un papillon monarque femelle. Son corps petit à petit, s’anime du bruissement des ailes du seul papillon migrateur de notre planète. [2]

Lors d’une longue résidence à l’insectarium de Montréal, puis de plusieurs séjours au Mexique, elle a réalisé de nombreuses images. Celles-ci se conjuguent et se multiplient avec les papillons encrés sous la peau afin de donner naissance à des installations et des dispositifs vidéo.

Ces derniers temps, Lydie pose un socle à ses papillons. Elle se fait encrer des mots. Elle ponctue son "ALIVE." tatoué sur la poitrine. Elle organise des conversations. [3]

Site Internet :

Notes

[1Projets :

  • LE PANLOGON, un film journal in progress (durée actuelle 5h)
  • Le projet tentaculaire Mes Encres
  • ALIVE. publié au jour le jour depuis 2009 sur le réseau social Facebook …

[2Ce lépidoptère effectue chaque année un voyage de près de 5000 kilomètres, du Canada au Mexique, afin de se reproduire dans les forêts du Michoacan. Le paysage s’anime alors d’une nappe orangée bruissante de millions de papillons réunis pour leurs ébats amoureux et la survie de leur espèce, menacée par la déforestation et les pesticides.

[3"Don’t Try", épitaphe de Bukowski, "Ashes to Ashes" titre de David Bowie, "Ma ligne de chance" sur sa ligne de hanche (clin d’œil tendre à "Pierrot le fou" de Monsieur Godard), "Into my arms" titre de Nick Cave dans le creux de son bras gauche, "LOVE" & "HATE" portés sur les doigts du pasteur Harry Powell interprété par Robert Mitchum dans "La nuit du chasseur", "La vie est mortelle" titre de Daniel Darc, "Fitzcarraldo" film de Werner Herzog interprété par Klaus Kinski, "Born Like This, Born Into This" poésie de Bukowski …

Quand ?

L’OPUS 6 de notre manifestation s’organise autour de trois axes L’EXPÉDITION
1 “L’EXPÉDITION” : une exposition internationale Sur le principe des expositions internationales que nous organisons (les 5 opus de “d’abord les forêts”, « Sculptures en l’île", "Schizophrénia", "Buddha on the Beach" nous (...)

A Forest
Un workshop proposé par Lydie Jean-Dit-Pannel et Lionel Thenadey (+ Jean-Christophe Desnoux, sous réserve)
Du 16 au 20 mars 2015 à Aubepierre sur Aube, en Haute-Marne
En partenariat avec la Maison Laurentine.
Notre atelier / logement se situera au bord de la forêt, dans un chalet. (...)

De l’oubli…

Dans les dernières séquences de son film "La honte" (1968), Ingmar Bergman fait dire à l’un de ses personnages : "je me souviens que je dois me souvenir de quelque chose d’important mais j’ai oublié quoi". Quelques années plus tôt, Georges Bataille écrivait : « Nous ne pouvons nier que l’humanité présente a égaré le secret (...) de se donner à soi-même un visage où elle pût reconnaître la splendeur qui lui appartient » ("La part maudite", 1949).

et de la trace (...)